Bien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : les informations utiles !

2 semaines en Nouvelle-Zélande : campagne néo-zélandaise

Si vous partez prochainement en Nouvelle-Zélande, vous vous posez probablement beaucoup de questions quant à la préparation de ce voyage ! Surtout si vous partez pour la première fois en road trip en van ou en camping-car ! J’ai rassemblé dans cet article un condensé d’informations utiles pour bien préparer son voyage à l’autre bout du monde. J’espère que mes conseils et astuces faciliteront votre futur voyage en Nouvelle-Zélande. Bonne lecture ! 🙂

 

Bien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : mode d’emploi !

 

Location d’un van ou d’un camping-car ?

Le choix du véhicule avec lequel vous allez voyager va être conditionné par des critères simples : votre budget et le niveau de confort souhaité. La taille (longueur et largeur) dépendra du confort de votre véhicule. En général, plus votre camping-car/van est confortable, plus il est long et/ou large.

Pour notre voyage de 2 semaines sur l’île du Sud, nous avions réservé un camping-car Mighy Deuce, un véhicule confortable, permettant de se tenir debout et de cuisiner à l’intérieur. Le véhicule possédait également une mini salle-de-bain avec toilettes et douche. J’ai réservé ce véhicule par intermédiaire de l’agence francophone Detour NZ.  Le prix était le même que si nous réservions en direct via Mighty. L’avantage, c’est de pouvoir échanger en français et de pouvoir poser tout un tas de questions (auxquelles je ne trouvais pas la réponse sur Internet). J’ai aussi reçu des conseils clairs sur la question des assurances (parce que je ne comprenais pas grand chose aux petites lignes en anglais des conditions de ventes des loueurs). L’agence propose également d’organiser votre voyage à votre place, mais je n’ai pas tester ce service. Mais n’hésitez pas également à réserver directement avec les loueurs de votre choix. 

J’avais hésité avec un véhicule Happy Campers car la compagnie proposait des tarifs similaires et semblait avoir bonne réputation sur Internet. Les vans étaient cependant plus anciens. Notre véhicule Mighty était donc un camping-car car avec salle-de-bain (toilettes et douche), mais beaucoup  de voyageurs choisissent de voyager en van ou en voiture aménagée. Tout dépendra donc de vos envies et des disponibilités !

Il existe de très nombreux loueurs dont les plus connus sont : Jucy, Mighty, Happy Campers, Spaceship, Apollo, Britz, et Miau. Votre choix dépendra de vos envies, de la taille de véhicule souhaitée et de votre budget. Certains véhicules ont une salle-de-bain, d’autres non, certains ont un frigo, d’autres juste une glacière, certains sont très petits et d’autres immenses ! Parfois un barbecue sera même intégré dans une trappe sur le côté du van !

Dans tous les cas, je vous conseille de réserver le plus tôt possible si vous partez en haute saison, car les prix grimpent très vite ! Hors saison les prix baissent considérablement mais… les températures aussi !

 

Attention : les locations de véhicules sont parfois interdites aux conducteurs de moins de 21 ans ou aux permis probatoires. Vérifiez bien les conditions de locations sur les sites Internet des loueurs pour éviter de mauvaises surprises.

Bien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : sur la route du Mont CookBien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : taper la pause devant son camping-car !

 

Assurance auto

Quelque soit le type de véhicule que vous choisissez, pensez à l’assurance auto ! Nous avions opté pour l‘assurance tout compris, qui permet d’éviter de payer des sommes astronomiques en cas d’accident. N’oubliez pas d’inclure le prix de l’assurance lors de vos comparatifs car les prix peuvent passer du simple au double selon les options choisies.

 

« Self-contained », kézako ? 

En comparant les véhicules en ligne, vous vous apercevrez rapidement qu’il existe deux types de véhicules : les vans dit « self-contained » et ceux qui ne le sont pas. Qu’est ce que cela veut dire ? L’auto-collant « self-contained » signifie que votre van est auto-suffisant : il possède des toilettes ainsi qu’un réservoir d’eau propre et un réservoir pour les eaux usées. Cet auto-collant vous permettra de camper partout… ou presque. Si votre véhicule n’est pas autonome, il vous faudra camper dans les camping privés ou les camping du DOC proposant des sanitaires pour ne pas être en infraction. Je vous dis tout sur les différents types de campings un peu plus bas dans l’article !

Dans les faits, beaucoup de véhicules tels que les vans et voitures aménagées possèdent des « toilettes portatives » mais ne les utilisent pas (car ce n’est pas très pratique, ni très ragoûtant), elles sont surtout là pour obtenir l’auto-collant « self-contained » autorisant l’accès aux campings réservés aux campings autonomes. Ces véhicules ont donc tout de même besoin d’avoir accès à des toilettes et parfois à l’eau courante.

Que les inquiets se rassurent, il est très facile de changer les eaux grises  (eaux usées) et noires (toilettes) d’un camping-car. Moi-même, j’étais plutôt inquiète et comptait laisser William faire, mais c’est finalement (presque) un jeu d’enfant !

Bien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : vue sur le Lac Pukaki depuis le camping-car

 

Les avantages à voyager en van / camping-car plutôt qu’en voiture

La liberté ! Vous avez votre maison sur le dos, il est donc possible de manger et dormir (quasiment) n’importe où ! Vous avez faim, hop c’est l’heure du pic-nic. Vous aimez particulièrement un endroit, restez une nuit de plus ! Il fait mauvais temps, partez en direction du soleil !

L’avantage par rapport à la formule voiture + hôtel, c’est que vous n’avez pas de réservation (parfois faites des mois à l’avance) à honorer, votre itinéraire est donc plus flexible.

2 semaines en Nouvelle-Zélande : camping face au lac près de Queenstown2 semaines en Nouvelle-Zélande : camping "Lake Pearson Campsite"

Ça donne envie de rester une nuit de plus, non ?

 

Hygiène : douches et toilettes, comment ça marche ?

Nous n’avons pas vraiment été préoccupés par ce point étant donné que notre véhicule était équipé d’une petite salle-de-bain. Si vous voyagez en van, sachez qu’il y a des toilettes publiques un peu partout. Vous pourrez également prendre des douches dans les campings payants. J’ai également aperçu des douches dans certaines stations services. Les moins frileux utiliseront les douches situés sur les plages ou se baigneront dans les lacs pour se rafraîchir !

Bien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : faire trempette dans le lac Hawea

 

Comment changer les eaux usées et les toilettes de son camping-car ?

Je vous le confesse, j’avais peur que ce soit un peu « dégueu ». Mais je vous rassure tout de suite, c’est en fait très simple.

Il existe un peu partout dans le pays, des stations de vidange – appelées « dump station » – qui permettent de vider vos eaux usées, eaux noires (les toilettes), et de faire le plein d’eau fraîche. Ces stations sont gratuites et facile à utiliser. Des stations de vidanges sont également disponibles dans la plupart des camping payants type « holiday park ».

Pour vider et remplir les réservoir de votre véhicule, il suffit de visser les deux tuyaux fourni par le loueur. Pour les toilettes, il suffit de retirer la caissette – une grosse boite hermétique qui sert de toilettes via une trappe – de dévisser le bouchon, de vider la caissette dans la station de vidange et de la rincer. Après quoi, vous y glisserez une pastille de produit chimique magique. C’est tout ! La pastille permet de supprimer les odeurs et de dissoudre l’intégralité du contenu de la boîte. Quand vous faites la vidange, c’est donc un liquide bleu qui s’écoulera de la boîte. Rassurés ? N’hésitez pas à utiliser des gants si vous êtes toujours paniqués.

Nous avons effectué la vidange de notre véhicule tous les 2 ou 3 jours. Ce qui nous donnait jusqu’à 3 jours d’autonomie avant de devoir faire un arrêt technique.

Bien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : Milford Sound

 

Où camper ?

Il existe plusieurs sortes de campings en Nouvelle-Zélande :

  • Les campings privés : ce sont les campings comme on les connait en France. Ils sont équipés de tout ce qu’il faut : cuisines communes équipées, douches chaudes, toilettes à chasse, barbecues, point de vidange, salle de repos. Il est possible de choisir un emplacement avec ou sans électricité. Les tarifs commencent à partir de 15 NZ$ / personne / nuit, et peuvent grimper rapidement selon le standing du camping. Pour baisser légèrement le prix, demander un emplacement sans électricité. Les campings privés les plus populaires sont : « Holiday Park » et « Top 10 ».
  • Les campings du DOC (Department of Conservation) : ce sont des campings payants mais low-cost (entre 5 et 12 NZ$ par personne / nuit). Les équipements sont sommaires mais il me semble qu’il y a toujours des toilettes et un point d’eau. Parfois plus. Le payement se fait à l’entrée du camping via une « honnesty box« . Attention, des contrôles peuvent être effectués dans la soirée ou la nuit par des rangers.
  • Le camping sauvage : moins facile à faire que l’on ne pense ! En règle général, le camping sauvage est autorisé partout où il n’est pas clairement interdit. En pratique, il est très difficile de trouver un endroit pour camper, tout simplement car il y a peu d’endroits sympas et libres d’accès près des routes, et car le camping sauvage est souvent interdit près des plages et sur les parkings en ville. Si vous souhaitez quand même camper gratuitement, je vous recommande de vous rabattre sur les campings gratuits.
  • Les campings gratuits : les équipements disponibles sont très sommaires. Il n’y a souvent qu’un terrain et des toilettes sèches. Et parfois pas de toilettes du tout. Il n’y a généralement pas de point d’eau disponible (pour la vaisselle, se débarbouiller). Si vous avez un camping-car, pas de problème. Si vous avez un van, cela peut être plus problématique.  Certains offrent des vues à couper le souffle ! N’hésitez pas à jeter un œil à cet article dans lequel je vous dévoile mon top 4 des campings gratuits en Nouvelle-Zélande !

Grâce aux applications mobiles CamperMate et WikiCampers, dont je vous parle ci-dessous, vous pourrez trouver vos campings sans souci au jour le jour. Nul besoin de réserver à l’avance, sauf si cela vous rassure ou que vous voyagez en très haute saison. (A titre indicatif, nous avons voyagé entre janvier et février et n’avons eu aucun souci pour trouver de la place en camping).

Par ailleurs, notre loueur Mighty nous avait informé qu’il faudrait que nous nous branchions à l’électricité tous les 2 ou 3 jours pour recharger notre batterie. Dans les faits, notre batterie se rechargeait automatiquement en roulant, nous n’avons donc jamais eu vraiment besoin de nous brancher au secteur. Le branchement sur secteur est surtout nécessaire si vous souhaitez utiliser des appareils électriques tels que la bouilloire, le micro-onde, grille-pain ou encore la TV. Mais tout ceci n’est pas franchement nécessaire, non ? 

Bien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : vue sur le Lac Pukaki2 semaines en Nouvelle-Zélande : William insensible à l'appel de l'océan

William, totalement insensible à l’appel de l’océan…

 

Les applis utiles à télécharger 

  • CamperMate : c’est le must have du voyage ! Une application gratuite qui marche même en hors connexion, et qui vous donnera TOUTES les informations nécessaires lors de votre voyage en van : les campings gratuits et payants (avec prix et avis), les hôtels, les stations de vidange, les stations essences…! Cette appli est hyper pratique car elle fonctionne hors connexion.
  • Maps.me : pas indispensable mais recommandée ! Cette application gratuite fonctionne comme Google Maps à la différence qu’elle permet de télécharger les cartes du pays à l’avance et d’utiliser la fonction GPS hors connexion. Très pratique pour se repérer en Nouvelle-Zélande sans wifi ni data ! (Et quand on a pas de GPS !)
  • Il existe également l’application Wikicampers, qui coûte quelques euros et est similaire à CamperMate. Je ne l’ai pas testé mais il paraît qu’elle fonctionne bien.

Bien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : sur la route du Mont Cook

Acheter une carte SIM locale

Pour vous simplifier la vie (et éviter de gros hors forfait), vous aurez peut-être envie d’acheter une carte SIM locale. Cela peut aussi être utile pour vérifier la disponibilité d’un camping, chercher des renseignements, réserver une activité en ligne ou même poster votre meilleur cliché sur Instagram.

Nous avons choisi la formule à 25 $ chez l’opérateur « Spark », incluant la carte SIM, 1.25 GB de data, 200 minutes d’appel en Nouvelle-Zélande, et texto locaux illimités. Nous avons effectué l’achat directement à l’aéroport en arrivant.

 

Permis de conduire

Pour louer un véhicule et conduire (à l’envers !) en Nouvelle-Zélande, il vous faut obtenir un permis de conduire international avant votre départ de France. La demande est gratuite mais peut prendre plusieurs semaines, il est donc recommandé de faire la demande à l’avance. Ce permis est valable 3 ans.

Si vous avez oublié de faire votre demande de permis international ou si vous vous rendez compte une semaine avant le départ que votre permis est périmé (coucou William !), pas de panique ! Il est possible de faire traduire votre permis français par un traducteur assermenté en Nouvelle-Zélande. La demande peut-être faite en ligne, via le site licencetranslation.co.nz, en 24h, moyennant la modique somme de 60 NZ$, ou 50 NZ$ en 3 jours ouvrés. Vous recevrez la traduction en PDF et n’aurez alors plus qu’à l’imprimer.

Bien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : vue sur le Mont Cook

 

Valise ou sac à dos ?

Pour faciliter le rangement de votre van ou camping-car, je vous recommande d’opter pour des sacs de voyage mous, plutôt que des valises rigides. Les sacs de voyages seront plus facile à caser dans les coffres de rangements de votre véhicule ou à glisser sous le lit ou l’évier. De grosses valises rigides risquent de vous encombrer et de réduire votre espace de vie (déjà exigu !).

Seuls les gros camping-cars semblent proposer des coffrent suffisamment grands pour ranger des valises de taille moyenne. L’idéal reste les sacs à dos de randonnée ou encore les valises de taille cabine maximum.

 

Les 2 produits indispensables à ne pas oublier

S’il y a deux choses à ne pas oublier (ou à acheter sur place dès votre arrivée) ce sont les suivantes : un bon anti-moustique et une bonne crème solaire.

Une fois en Nouvelle-Zélande, vous allez découvrir l’existence d’une affreuses petite bête appelée « sandfly » (mouche des sables). Les sandflies pullulent en Nouvelle-Zélande et sont un véritable fléau. L’objectif de ces bestioles – pire que des moustiques – est de sucer votre sang et laissez vos pauvres gambettes couvertes de piqûres qui démangent atrocement. Vous êtes prévus, emportez un bon répulsif ! Vos jambes me remercieront du conseil 😉

Par ailleurs, je vous incite également à emporter une petite crème contre les démangeaisons, du type Apaisyl (en France) ou Mopiko (à Singapour), au cas où les sandflies auraient tout même réussi à vous piquer. Si vous n’en avez pas, sachez que le baume du tigre pourra également faire l’affaire pour soulager les démangeaisons.

Côté crème solaire, soyez également vigilant. Ma peau claire vous recommande un indice 50, mais libre à vous de choisir la protection qui vous convient. Sachez simplement que le soleil tape FORT. Et que l’on se laisse facilement surprendre car il ne fait pas si chaud, car il y a des nuages, car on ne sent pas le soleil avec ce petit vent…! Mais il est bien là, près à brûler votre petite peau fragile.

Bien préparer son voyage en Nouvelle-Zélande : randonnée au pied du Mont Cook

Je souhaite passer par une agence francophone pour organiser mon voyage en Nouvelle-Zélande

Si vous souhaitez simplifier l’organisation de votre voyage, ou que vous ne parlez pas anglais, vous pouvez décider d’organiser votre road trip via une agence de voyage. Les agences peuvent effectuer la location de votre van ou camping-car à votre place, mais également organiser votre itinéraire et les réservations de vos logements ou activités (moyennant un coût bien évidemment).

Même si vous souhaitez organiser votre voyage par vous-même, n’hésitez pas à jeter un œil à leur site Internet : c’est une mine d’or d’informations !

Il existe deux agences francophones en Nouvelle-Zélande.

  • Détour NZ : C’est l’agence par laquelle je suis passée pour la réservation de notre camping-car. Elle proposait les mêmes tarifs que le loueur Mighty, et cela me permettait d’échanger en français (et de comprendre toutes les petites lignes du contrat de location ! Car en anglais, ce n’est pas toujours évident). L’équipe a été très réactive et agréable que ce soit par téléphone ou par email. Ils ont su répondre à toutes mes questions et inquiétudes.
  • Frogs in NZ : une autre agence que j’avais contacté et qui a de bons commentaires sur Internet. Le site Internet de cette agence possède un moteur de recherche permettant de comparer les prix des véhicules chez différents loueurs. Utile pour se faire une idée des tarifs. Ils proposent également une large palette de service allant de la location d’un camping-car à l’organisation d’un voyage sur-mesure. Je n’ai pas testé leurs services.

 

 

Prêts pour le départ ? N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions
Psst ! Mon itinéraire de 2 semaines en Nouvelle-Zélande sur l’île du Sud ou ma randonnée sur le glacier Fox pourront également peut-être vous intéresser. 

 

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le autour de vous, et laissez un commentaire ci-dessous ! 😀

 

Vous aimerez peut-être aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *